Err

Marianne’s tour : 1990, ça sent bon le PEP

 


 


 1990 : année de sortie du PEP  , la folie!!!!!


Toutes les banques s'y mettent; le CA Pyrénées Atlantiques ( à l'époque) ouvre 1 pep sur 2 dans le département.


Les taux font rêver (aujourd'hui):



  • pep bleu 8% 8 ans

  • pep mauve 6.50% en y versant 200 frs (30€) par mois

  • pep vert 7% rente nette d'impôts versée au compte tous les trimestres

  • pep jaune 5% libre on y verse quand on veut


Les taux sont garantis 10 ans !!!!!!


O tempo ras, o mores !!! ("autres temps, autres moeurs").


Des challenges sont organisés dans les agences, nous sommes jeunes, motivés , le patron est ravi ainsi que les clients.


C'est facile et ça peut rapporter gros ( garanti 10 ans....); on a vraiment tous le sentiment de faire du bon boulot pour la boite comme pour les clients.


Les années 90 c'est aussi la fusion entre les 3 Caisses Départementales Pyrénées atlantiques ,Gers, Hautes Pyrénées qui vont former la Caisse Régionale du Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne.


La fusion c'est chaud! Tout le monde doit faire des concessions, y compris sur notre retour financier (en sommeil pendant quelques temps).


En même temps, Mr Georges PAUGET notre Directeur Général crée BANKOA (le CA espagnol en quelques sortes).


Apparaissent les premiers services payants qui complètent la gamme et font l'objet d'interrogations régulières de nos clients. Ils sont surpris mais, après échange avec eux sur leur mode de vie, y trouvent aussi leur compte: la carte bancaire, le découvert, les assurances...


On sent confusément que quelque chose est en train de changer, tout accélère, l'évolution bancaire est en marche ! On laisse tomber le stylo  et le minitel et on s'enfonce dans l'informatique qui va révolutionner le monde (pas que la banque...).


L'an 2000 se profile à l'horizon ....on en a tant parlé, on y a tant fantasmé  avec son fameux  bugg que rien ne se passe; on passera le cap du 20e siècle en douceur  ...presque déçus !


Le progrès technologique est inévitable, souhaitable. Même s'il m'a amené à me remettre en question sur mes compétences techniques, à l'aube de mon départ, il est évident qu'il nous a tous fait avancé, gagné du temps, sans doute un peu d'argent tout en préservant le contact relationnel et la satisfaction des clients. 


 AAAAAAAAAAAAAAAAAAAZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ.jpg


Ce relationnel ne m'a jamais quitté et je sais trop bien que, malgré toutes les évolutions possibles, il restera "essentiel" au métier de banquier.


Ne manquez le prochain article: MA retraite après 38 ans de CA (ce sera donc mon dernier article) 


Et surtout, venez également participer à l’Assemblée Générale de la Caisse locale d’Orthez, le 12 Février prochain, à la salle des fêtes de Salle MONGISCARD. C’est toujours un moment fort, que je n’ai pas raté dans ma carrière, même lorsque j’étais malade.  J’y serai et, à cette occasion, je remercierai tous nos clients et leur dirai officiellement « au revoir » dans ma fonction de conseiller au Crédit Agricole.


 


Yves Marianne, jeune retraité.

Rédigé le  5 fév. 2016 13:27 dans Portrait  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site